Mariza, l’âne têtu

Voilà une nouvelle petite vidéo très sympathique, sans parole pour faire parler les enfants (et les grands)

J’ai personnellement divisé ma séance en 2 partie:

  • J’ai présenté le vocabulaire (6 nouveaux noms et une dizaine de verbes déjà connus des enfants) puis je leur ai annoncé qu’on allait regarder une vidéo qui comprenait tous ces mots. A eux d’imaginer ce qui allait se passer, d’associer les flashcards pour créer des phrases. A chaque que leur hypothèse tombait juste ils gagnaient un point. La motivation suprême. ils ont donc brassé et rebrassé ce vocabulaire pendant 40 minutes en s’amusant (toutes les hypothèses étaient bonnes: un poisson saute sur l’âne, un âne tombe dans le panier, ….)
  • Puis je leur ai effectivement montré la vidéo et nous avons donc raconté, pas à pas ce qu’il s’y passait.

Les flashcards, une fiche vocabulaire et un exemple de productions de mes élèves en PDF ici : Mariza

Mise à jour Mars 2017: 

J’ai réutilisé cette vidéo que j’affectionne tant et j’en ai profité pour introduire les verbes en -ER et leur conjugaison au présent.

On a sorti en vrac une trentaine de flashcards de verbes qu’on connait déjà et on les as triées dans des colonnes -ER, IR, RE. Ils connaissent souvent l’infinitif parce qu’on a commencé il y a peu les structures : je veux+inf , je vais+inf, j’aime+INF. Ca nous a permis de réaliser qu’on connaissait surtout des verbes en -ER et ça tombe bien ce sont les plus simples. Après, une introduction à la règle de conjugaison chaque élève a choisi une carte d’un verbe en -ER et l’a conjugué oralement. On a ainsi bien insisté sur la prononciation qui ne change que pour « nous » et « vous »

Vous trouverez ici 2 exercices de conjugaison du présent des verbes en -ER basés sur la vidéo, une dictée dessin pour les plus rapides et surtout une bataille navale à jouer à 2 que mes élèves ont adorés. Je précise qu’on avait déjà joué à la bataille navale classique (avec des grilles numérotées 1,2,3…. A,B,C….) ce qui leur a facilité la compréhension de cette version. J’ajoute que les verbes être, avoir et aller sont affichés dans la classe avec leur conjugaison. Pour les duo les plus forts de la classe, à la moindre erreur de conjugaison ils devaient passer la main à leur adversaire. A vous d’adapter les règles: faire des équipes de 2 contre 2, jouer la moitié de la classe contre l’autre moitié,….

Voici les PDF à téléchargerBataille navale Mariza et  Exercices MARIZA

Libre à vous d’exploiter évidemment ce matériel et cette vidéo à votre guise.

Bon cours!

 

Publicités

Il y a / est

De travailler sur la localisation nous permet de mettre le doigt sur des erreurs de syntaxe récurrentes chez mes élèves qui mélangent les structures: il y a et est.

Dans leur langue maternelle, le verbe être n’est pas forcément utilisé, il y a et le verbe avoir s’utilisent avec un verbe identique, …. avec tout ça mes élèves cafouillent.

A force d’insister sur ce verbe être qu’ils oublient énormément ça me donne des phrases du style: l’oiseau est vole ou encore il y a un manteau est dans le placard.

Arg. Ils me le mettent partout !

On a beaucoup travaillé la place du verbe (en fin de phrase dans la langue maternelle) en utilisant notre code couleur : après le sujet ( qu’on appelle le « qui? ») de la phrase il nous faut un « mot rouge »( qu’on appelle aussi le « qu’est ce qu’il fait? »). Oui ça paraît obscur mais on systématise la couleur rouge pour les verbes quand on les écrit, quand on les lit, mais aussi avec les flashcards qui sont encadrées en rouge. Nous avons des cadres de couleurs au tableau pour aider visuellement les élèves à respecter cette structure en production orale.

On corrige donc la première erreur qui consiste à accoler « est«  au verbe en expliquant qu’on n’utilise, le plus souvent, « est » que si le sujet ne FAIT rien.

Si on n’a pas de « mot rouge » à mettre dans notre phrase, pas de marche, court, ramasse, aime, attrape, ….. le plus souvent on y met « est« . Certes c’est faux dans l’absolu, ils apprenndront plus tard qu’il y a aussi le verbe « avoir« , que le verbe « être » se conjugue et peut devenir, suis, sont… Mais au départ de l’apprentissage ça permet de donner une raison d’être à ce verbe intraduisible et donc complètement abstrait pour eux. Du coup, puisqu’on ne met « est«  que s’il n’y a pas d’autre « mot rouge« , alors des phrases avec « est vole » ou « est mange » sont impossibles.

Par contre, dans la structure « il y a«  les petits ne voient pas de « mot rouge » , qui doit se trouver après le  sujet, le bonhomme, le personnage. Et consciencieux qu’ils sont, ils s’appliquent à me mettre un joli « est«  voire pour les meilleurs un très beau « sont«  dans la phrase : il y a le chat EST dans le jardin. Il y a les chats SONT dans le jardin. Parce que après « le chat » il FAUT un verbe, qu’on leur a rabâché !Damned! Bravo les petiots mais non.

On y travaille donc. Je leur explique en langue maternelle qu’on ne peut pas mettre de mot rouge dans une phrase qui commence avec il y a. Que le a est rouge! Comme dans « le chat a des moustaches« . 

Ils me regardent avec un semblant de désespoir dans les yeux. Ils écrivent le a  de il y a en rouge, pour ne pas me contrarier . Mais se disent que les femmes, les français, les profs, les adultes, tous ceux là mélangés, décidément, ne savent pas ce qu’ils veulent.

Et on s’entraine. On fait des transformation à gogo à l’oral. Et on s’entraine à alterner aussi à l’écrit.

Courage mes loulous 🙂

Et pour vous, il y a le PDF est juste là ; )  Il y a est localisation