Entrainement à la compréhension écrite: C’est la nuit

Voici un petit album très mignon qui traite du sujet essentiel de l’exclusion des lapins en peluche par les vrais lapins. (Élevons-nous contre cette injustice!)

c-est-la-nuit--magali-bonniol_4228054-L

J’ai voulu l’utiliser pour initier les jeunes lecteurs au travail de compréhension de texte.

La compréhension écrite est un exercice difficile qui combine la compétence « lecture » à proprement dit (=déchiffrer des mots et comprendre des phrases) à la capacité à exécuter des consignes et à faire des exercices spécifiques. C’est cette deuxième compétence que j’ai travaillée avec une petite série d’exercices stéréotypés et tout simple.

Ces exercices: vrai/faux, retrouver les personnages, cocher la bonne réponse… reviendront tout au long de leur « carrière » d’écolier et nécessitent un entrainement.

En terme d’organisation, si vous n’avez jamais fait ce type de travail avec vos élèves je vous propose de commencer par une approche orale assez classique : raconter l’histoire avec le vrai livre et des mots adapté, travailler sur le vocabulaire puis la structure de la phrase avec des flashcards, rejouer l’histoire avec des figurines au tableau.

Sans titre-1

Voici tous les DOCS à télécharger en PDF:

 Flashcards C’est la nuit  Figurines C’est la nuit     Flashcards des Verbes C’est la nuit

Voici aussi un dictionnaire de référence du vocabulaire de l’histoire à lire, relire et garder à portée de main pendant tout le travail.

Sans titre-1

Le PDF : C’est la nuit dico

Ainsi l’histoire et le vocabulaire connus il sera plus facile pour les élèves d’entrer dans la lecture du texte et de s’entrainer aux différents exercices classiques d’une compréhension écrite.

Je voulais quand même un support de lecture, malheureusement comme c’est souvent le cas le niveau de langue du texte n’était pas adapté à des enfants non-francophones. Je l’ai donc simplifié en m’attachant à reprendre le vocabulaire et les structures que j’avais utilisés lors de la phase orale et je l’ai mis en page sous forme de mini-livre. Vous connaissez les mini-livres? Moi j’adore : d’une simple feuille A3 on fait un petit livre de 8 pages.

Pour la technique de pliage, merci youtube (en vrai c’est très très simple!)

Et voici le mini-livre de C’est la nuit.

En cliquant sur l’image vous l’aurez en grande taille et vous pourrez l’imprimer en A3

Mini livre C'est la NUIT

 

Et voici les petits exercices. Si c’est la première fois vous pouvez les faire en classe entière, au projecteur. De même, les cadres vides sous chaque question sont pour la rédaction d’une réponse (un mot ou une phrase selon le niveau des élèves), là aussi ça peut être remplit collectivement.

Sans titre-1

Le PDF : C’est la nuit Exos

Pour terminer le travail, les plus motivés d’entre vous pourraient se lancer dans une activité artistique. Je trouve le visuel de l’album très beau.

Le paysage nocturne est simple à recréer : un fond peint en bleu et noir, des paillettes pour les étoiles, une belle lune brillante, des feuilles et des arbres en ombre et voilà un joli décor pour rejouer l’histoire avec les figurines pourquoi pas faites en feutrine.

Il est aussi possible de travailler sur les différents moments de la journée (matin, journée, soir, nuit), de parler des couleurs qui les caractérisent et de colorier un même paysage pour chacun. Et plein d’autres choses … 🙂

Si ce joli livre vous a aussi inspiré et que vous avez d’autres idées n’hésitez pas à m’en parler

Bonne nuit!

Nuit

Publicités

Les bruits de la nature

Une petite mise à jour
Ma situation professionnelle a changé cette année.

J’ai décidé de m’amuser davantage, de sortir du système scolaire et de ses carcans pour me mettre à mon compte et proposer des ateliers ludiques et créatifs pour les enfants qui apprennent le français.

Je vois trop d’enfants qui vont dans des écoles francophones sans que cette langue et cette culture ait un sens pour eux. Après les premières années où tout ce qui est neuf les enthousiaste apprendre le français n’a plus d’autre intérêt que de réussir les examens et entrer dans les bonnes écoles ce qui avouons-le, quand on a 8 ou 10 ans n’est pas très parlant. La motivation chute. Le français devient une corvée.
Je prends donc ces mêmes enfants en dehors de l’école pas pour des cours de rattrapage mais pour faire vivre cette langue. L’utiliser pour faire quelque chose (un gateau, une expérience scientifique, un jeu…) hors école. Je crois que cette dimension pratique donne du sens et que le sens redonne de la motivation et du plaisir dans l’apprentissage.
Du coup, sur ce blog,il y aura moins de devoirs, d’évaluations, en tout cas pour cette année mais plus d’activités variées pour parler français sans y penser.
Objectifs
Les objectifs linguistiques de ces activités extra-scolaires resteront sensiblement les mêmes que quand j’étais « maitresse d’école » parce que les difficultés et le niveau des élèves restent les mêmes : syntaxe de la phrase simple, la structure infinitive, les descriptions avec être, avoir, la localisation, les thèmes des animaux, de la nature, de l’environnement proche de l’enfant : sa famille, l’école, ses activités quotidiennes, les saisons, la nourriture….

Et alors, les sons de la nature?

Je travaille souvent à partir d’images, d’albums, de vidéos. Je dois être « une visuelle ». Mais comme il n’est jamais trop tard pour changer, le point de départ de cette activité est une suite de sons.

L’idée était de parler de la nature, de son vocabulaire, de ce qu’on y entend mais d’une autre façon.

  • Nous avons donc commencé par mes éternelles flashcards (on ne me changera plus!) sur le lexique basique de la nature.

Flashcards

PDF : flashcards Nature

Nous avons joué avec ces cartes le temps de mémoriser correctement le vocabulaire, nous avons fait des associations de cartes les plaçant les unes à côté des autres afin de produire des phrases affirmatives et négatives : « Dans la forêt, j’entends les feuilles, les insectes, les oiseaux…. Je n’entends pas de vagues. »

  • Puis nous sommes passés aux images. L’exercice ici a pour but de découvrir les images les unes après les autres et de faire anticiper aux enfants ce qu’ils peuvent entendent dans ces scènes, en réutilisant le vocabulaire vu précédemment bien sûr.

Sans titre-1

PDF : Images Nature

  • Enfin nous sommes passé eu jeu de recognition auditive. Chaque image de l’étape précédente est cachée sous un numéro. Les élèves choisissent un numéro et nous écoutons le bruit associé à ce numéro. Il doit écouter attentivement et décrire ce qu’il entend avant de vérifier sous le numéro s’il a décrit la bonne image.

Les sons correspondant à ces images sont rangés et hébergés ici CLIC 

Je vous conseille vivement ce site : une multitude de sons, faciles à trouver, faciles à télécharger. C’est génial pour ce genre d’activité mais aussi pour accompagner vos histoires, vidéos, …. Une vraie caverne d’Ali-baba sonore.

  • Une fiche lexique et un petit exercice écrit pour reprendre la structure « dans la forêt on entend….. »

Sans titre-1

PDF : Bruits de la nature Exercice

Pour aller plus loin :

Un projet d’animation Stopmotion

Aujourd’hui je ne vous propose pas vraiment du matériel mais je partage l’expérience d’un projet qui nous a pris beaucoup de temps et nous a beaucoup plu.

Il s’agit d’un projet de création d’un tout petit film en stop motion avec mes élèves de 2ème année de primaire.

Je me suis moi-même inspirée du travail d’une autre prof qui travaille avec le même public que moi. D’ailleurs je la remercie pour cette inspiration. Voici ce qu’elle a réalisé dans ses classes.

Et voici une partie de ce que j’ai réalisé dans les miennes.

Pour mener à bien ce travail nous l’avons découpé en innombrables plusieurs étapes.

EN GROUPE

  • Visualisation des vidéos que ma collègue a réalisé avec ses classes. Sans le son. Découpage des étapes. Ecriture imaginée des dialogues. Puis écoute des vrais dialogues. Cette introduction permet aux élèves de voir la finalité des 1000 (au moins) sessions de travail qui vont suivre et l’idée de créer nos propres petites vidéos les a vraiment motivé.

Sans titre-1

  • Travail sur la trajectoire et la décomposition d’un mouvement au tableau avec une montagne fixe et un soleil « animé » au tableau
  • Réalisation d’un flipbook par élève (on a introduit le concept et découpé le fonctionnement en découvrant des flipbook tout prêts imprimé via le site de Hugo l’escargot)

Flipbook

  • Travail sur le découpage d’une histoire en 3/4 tableaux à partir d’images séquentielles ( à télécharger ici Images séquentielles)
  • et création de dialogues à partir des mêmes images séquentielles (distinction entre la narration et le discours oral)
  • Création en groupe de notre propre histoire (à partir de mots clés tirés au hasard parmi les derniers mots travaillés en classe, ce qui explique certains éléments très récurrents de nos vidéos)

3

  • Création de nos dialogues

2

2014-04-03 15.37.57

  • Elaboration de la liste des éléments à dessiner (le ou les fonds, les personnages dans leur différentes attitudes/situations, les éléments importants qui seront animés…)

1

  • Création des éléments de l’histoire, du titre et les « affiches prénoms » (dessin, coloriage, plastification, découpage…)
  • Photos (avec parfois un trépied, parfois pas, ça se voit….)
  • Enregistrement des dialogues et du titre

LE PROF

  • Montage ( je suis débutante  en montage vidéo et ça aussi ça se voit 😀 )

Voilà, c’est un chouette projet et même si le résultat est un peu bancal les enfants sont très fiers de leur travail, le tout en français bien sûr!

 

Mea CulpaS:
Je ne sais plus d’où viennent les images séquentielles que j’ai stockées sur mon ordi il y a bien longtemps, ni les images que j’ai utilisées pour les flipbook….!

Le jeu du « Qui est qui » des monstres

Sur le modèle du « qui est qui » des vêtements avec le personnage de Splat le chat, j’ai créé un nouveau petit jeu qui nous a permis de travailler la description des monstres.

Chaque élève part avec ces 2 corps de monstres :

Qui est qui des monstres_01

Et les complète grâce à ces éléments

Qui est qui des monstres_02

Voilà quelques réalisations d’élèves :

Les monstres photo

Puis on reprend le principe du qui est qui et on met tous les monstres créés, coloriés et nommés au tableau.

Un enfant sort de la classe, ensemble, les autres choisissent un des nombreux monstres et l’enfant qui revient dans la classe doit le retrouver en posant des questions.

Les structures qui sont travaillées grâce à ce jeu sont :

être: mince/gros, content/drôle/dangereux.

avoir : une grosse/petite tête, des griffes, des pattes, une queue, des cornes, un œil/des yeux.

je fais souvent ce type d’activités quand j’ai 2 périodes en classe entière (classe non dédoublée: environ 26 enfants ) en fin de journée parce que ce sont des cours où ils sont fatigués et moins concentrés. les enfants bricolent une période, souvent en musique (française évidemment) et ils jouent la 2ème, c’est calme, puis ludique et ça passe tout seul!

Les enfants s’amusent, le professeur jubile de les voir utiliser, réutiliser à l’oral des phrases telles que « est-ce qu’il a 4 yeux? » « Non il n’a pas 4 yeux ». Bref, contrat rempli des 2 côtés!

Tout comme les vêtements de Splat c’est un jeu qu’on garde sous la main pour des fins de cours détendues tout au long de l’année

Pour télécharger tout le document en PDF c’est ici :Qui est qui des monstres

Les monstres (descriptions)

Un petit travail sur les monstres qui a été réalisé en classe (les enfants me décrivaient un monstre et je le dessinais avec l’ordinateur branché au projecteur de la classe) et qui leur sert maintenant pour leur devoir du weekend puisqu’ils doivent réaliser le même travail à la maison.

Avec ces exercices les enfants commencent à comprendre l’utilisation du verbe avoir (qui, comme le verbe être, est complètement absent dans leur langue maternelle et pose donc beaucoup de problèmes en français).

Ma foi, j’ai rarement eu un tel enthousiasme à la distribution du devoir ! Je m’attends à de belles réalisations pour lundi !

Les monstres et leur description à télécharger ici Les monstres des enfants 3A et 3C et descriptions

Update: Effectivement les élèves ont montré plus de zèle qu’à l’habitude dans l’exécution du devoir du weekend. Voilà quelques chouettes réalisations.